Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

Contenu scientifique

Sommaire

La repression de la Commune (1871)

En 1871, la décision du gouvernement provisoire d’Adolphe Thiers de conclure une paix jugée infamante avec la Prusse a provoqué des insurrections à Paris, dès le 18 mars, et dans plusieurs grandes ville de province.
A Marseille, la Commune révolutionnaire a duré du 23 mars au 4 avril 1871. Comme dans la capitale, des hommes de l’extrême gauche, menés par des personnalités fortes comme Gaston Crémieux ou Clovis Hugues, ont mis en place un gouvernement insurrectionnel. Dès la chute du mouvement, les meneurs ont été incarcérés au château d’If ou au fort Saint-Nicolas avant de passer en conseil de guerre.
Gaston Crémieux a été le seul à Marseille à être condamné à mort. Avocat, poète, il était issu d’une famille de négociants juifs et s’était engagé très tôt dans les mouvements socialistes contestant le régime de Napoléon III, notamment par l’intermédiaire du journal L’Égalité.
Il a été fusillé au Pharo le 30 novembre 1871 et enterré au cimetière Saint-Pierre. L’anniversaire de sa mort a été longtemps célébré à Marseille par les partis de gauche et d’extrême gauche.

Sommaire


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier