Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

Espaces rêvés, espaces vécus. Plans et cartes de la Provence

Portfolio de la publication Espaces rêvés, espaces vécusIsabelle DEBILLY, Espaces rêvés, espaces vécus. Plans et cartes de la Provence des origines au XIXe siècle, dossier pédagogique n°4, port-folio, 1997, 20 pages, 24 planches, 46 €.

Cette plaquette a pour objet de faire découvrir une partie des ressources cartographiques des Archives départementales en présentant une sélection de cartes s’échelonnant du XVIIe au XIXe siècle. Ce dossier n’est pas uniquement destiné au public scolaire mais s’adresse à tous ceux que la Provence intéresse, dans une perspective historique, géographique ou plus simplement esthétique. Cette publication est constituée de deux parties distinctes :

La numérotation des documents de chaque dossier a été conservée.

Document 2. Plan de [la] Camargue, XVII e  siècle, 1 Fi 22. Dessin en couleur sur papier (71 x 167 cm). Ce plan est issu des archives de l’ordre des chevaliers de Malte . Très fortement implanté dans la région, cet ordre religieux compte au nombre des grands propriétaires provençaux. Ce document montre le soin que l’ordre apportait à la gestion de ses biens matériels. Les plans et cartes, destinés à être produits comme pièces à conviction devant la justice lors de procès, sont souvent très ornés et s’apparentent à de véritables œuvres d’art.

Document 5. Carte de la côte de Provence avec indication de madragues, XVII e  siècle [?], 1 Fi 138. Dessin sur parchemin (39 x 57 cm).
Réalisée par le géographe marseillais N. Iszoard, cette carte manuscrite est de fabrication locale. Elle s’apparente à la tradition du portulan et autres cartes marines par la représentation du littoral. Mais elle privilégie ici l’emplacement des madragues et non des ports. Les madragues sont des dispositifs de pêche fixes, formés de filets et de pieux dans lesquels les poissons sont conduits par une sorte de labyrinthe dans un enclos où on les capture en relevant le filet qui en forme le fond.

Document 15. Plan et enceintes de Marseille l’an 1597, 1642 [?], 1 Fi 976. Gravure sur papier (33 x 43 cm).
Exemple de plan en vue d’oiseau. L’effet de perspective aérienne surplombante permet une vision synthétique de la ville et procure l’illusion de la réalité. Ce plan, généralement appelé plan Maretz, a été réalisé pour illustrer l’Histoire de la ville de Marseille publiée par Antoine de Ruffi en 1642. Son titre est donc trompeur et ne correspond pas à la réalité architecturale puisque la tour du fanal n’existait pas en 1597.

Document 20. Plan géométrique de la ville d’Aix, capitale de la Provence, 1680, 1 Fi 2756. Plan gravé et aquarellé sur papier (46 x 55 cm).
Premier plan géométral de la ville, levé en 1622 par le mathématicien Jacques Maretz et gravé pour la première fois en 1666. Il s’agit d’une vue zénithale, mais les principaux bâtiments sont figurés en vue cavalière. La reproduction présentée ici est celle du deuxième tirage, réalisé en 1680. En la comparant avec le premier, on peut mesurer l’extension de la ville durant le XVIIe siècle : les remparts ont été en partie remplacés par des boulevards, le nouveau quartier Mazarin s’ébauche au sud. Dans le terroir, la présence des bastides, avec leur tèse (allée d’arbres), s’observe facilement.

Document 22. Plan cadastral de la commune de Trets, XIX e  siècle, 1 Fi 2836. Plan imprimé sur papier (62 x 92 cm).
Exemple de plan de commune du cadastre dit napoléonien. La cadastration du territoire national a été mise en œuvre dans la première moitié du XIXe siècle afin d’asseoir sur des bases incontestables la répartition des nouvelles contributions directes créées par la Constituante en 1791 pour remplacer les impôts d’Ancien Régime discrédités par leur iniquité. Initiée par la loi du 15 septembre 1807, l’entreprise cartographique devait se prolonger jusqu’au début des années 1850. Il fallut ensuite attendre près d’un siècle pour voir adopter le principe d’une rénovation du cadastre et la levée de nouveaux plans prenant en compte les modifications ayant affecté le parcellaire. Aujourd’hui, avec les systèmes d’information géographique, les plans cadastraux sont mis à jour quasiment en temps réel.


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier