Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

Autres sources

Sommaire

Les recensements de population et les listes électorales

les recensements de population

Un recensement est une opération administrative qui consiste à recueillir de façon systématique auprès d’une population donnée des informations qui feront l’objet d’une exploitation statistique. Le dénombrement de la population est l’un des résultats du recensement. Les recensements de population ont été réalisés tous les cinq ans de 1836 à 1936, puis de manière moins régulière. Du fait de la guerre, celui de 1871 a eu lieu en 1872 et il n’y en a pas eu en 1916 ni en 1941. Après 1950, le rythme des recensements s’est ralenti et la procédure a été totalement renouvelée depuis 2002.
C’est à partir de 1836 que commence la grande série des listes nominatives des dénombrements de population qui détaillent les résultats des recensements quinquennaux. Pour chaque localité, ces listes donnent, lieu-dit après lieu-dit ou rue après rue, des informations de base sur chaque individu recensé : nom, prénom, année et lieu de naissance, nationalité, situation par rapport au chef de famille, profession, et même, lors du recensement de 1851, religion et infirmités ou maladies.
Jusqu’en 1946, les Archives départementales des Bouches-du-Rhône conservent des listes nominatives pour toutes les communes du département et pour presque toutes les années de recensement (1836, 1841, 1846, 1851, 1856, 1861, 1866, 1872, 1876, 1881, 1886, 1891, 1896, 1901, 1906, 1911, 1931, 1946) ; seules font exception les années 1921, 1926 et 1936 pour laquelle n’ont été conservés que les états récapitulatifs sommaires, et la ville de Marseille pour laquelle il n’existe pas de liste avant 1856.
Autre particularité marseillaise, les listes nominatives y sont structurées par canton puis par bureau de vote et les rues sont classées dans l’ordre de passage des agents recenseurs. Un dépouillement des listes dressées entre 1856 et 1911, consultable en salle de lecture, permet de retrouver rapidement la cote qui vous intéresse.
Après 1946, les communes n’ont plus eu obligation de remettre un exemplaire des listes nominatives aux Archives départementales et après 1975, l’établissement même de ces documents a été interdit par la Commission nationale de l’informatique et des libertés : moins complète (les listes marseillaises sont totalement absentes), la série se clôt donc avec le recensement de 1975.
Les recensements organisés par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques depuis 1946 comprennent d’autres documents, encore plus précis que les listes nominatives : ce sont les bulletins individuels, les feuilles de ménage et les bordereaux de maison. Mais outre qu’ils sont strictement incommunicables durant 75 ans, ils n’ont été conservés intégralement que pour les recensements de 1954, 1962 et 1968. Ultérieurement (recensements de 1975, 1982 et 1990), du fait de la constitution de fichiers informatiques conservés par les Archives nationales, seule une sélection de documents, appelée échantillon géographique permanent a été préservée.
A signaler enfin que les Archives communales conservent en série F des séries de listes nominatives souvent plus complètes, notamment pour les recensements antérieurs à 1836.

Retrouvez les listes nominatives de recensement de population des Bouches-du-Rhône dans la base Recensements, rubrique "Archives en ligne".
Attention : conformément aux préconisations de la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL), les listes nominatives de moins de 100 ans (postérieure à 1906) ne sont pas accessibles en ligne via le site internet. En revanche, elles sont consultables numérisées dans les salles de lecture jusqu'en 1931.

les listes électorales

A la différence des listes nominatives de recensement, les listes électorales ne concernent qu’une fraction limitée de la population, même si elle va croissant.
De 1815 à 1848, période du suffrage dit censitaire, les listes électorales ne comprennent que les citoyens les plus imposés, seuls habilités à voter. Le cens varie, selon qu’il s’agit d’élections législatives ou municipales et, à partir de 1831, il est abaissé pour les municipales : aussi les listes sont-elles plus fournies. En 1848, la Seconde République institue le suffrage universel mais celui-ci reste exclusivement masculin jusqu’en 1944. Bien entendu, les étrangers et les ressortissants français privés de leurs droits civiques ne figurent pas sur les listes électorales.
Le décret du 2 février 1852 fixe les éléments à faire figurer sur les listes électorales : nom, prénoms, surnom, date et lieu de naissance, domicile et profession ; à l’exclusion de la profession, ces informations figurent encore sur les listes élaborées aujourd’hui.
Dressées à l’échelon de la commune, actualisées chaque année et refondues tous les trois ans, les listes électorales, qui sont versées aux Archives départementales par la Préfecture, ne sont pas collectées ni conservées systématiquement et les séries détenues dans les communes sont souvent plus complètes, notamment à Marseille (Archives municipales, cotes 1 K et 900 W).

Voir aussi

>> Les services statistiques

Sommaire


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier