Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

Archives des notaires

Sommaire

Composition et intérêt des fonds

Les archives notariées constituent une source d'une très grande richesse et d'une très grande diversité, dont la consultation est indispensable pour la recherche généalogique comme pour les études d'histoire économique et sociale. Du fait de la précocité du notariat en Provence (XIIIe siècle), la population, pauvres comme riches, villageois comme citadins, a pris et conservé l'habitude de se rendre fréquemment chez le notaire pour lui confier le soin de coucher sur le papier les décisions les plus importantes concernant les biens matériels (actes de ventes, baux, constitutions de rentes …) mais aussi les actes les plus intimes de la vie quotidienne (contrats d'apprentissage, de mariage, testaments, actes de succession et partage …).  L'accumulation par centaines de milliers de ces documents perpétue le souvenir des fortunes et des infortunes, des espérances et des désillusions mais aussi des croyances spirituelles des uns et des autres. Pour la généalogie comme pour l'histoire des mentalités ou celle de la civilisation matérielle, le filon est pratiquement inépuisable et charrie parfois des pépites inattendues quand le notaire, laissant vagabonder sa plume, se fait le chroniqueur de sa communauté ou livre sa profession de foi, voire sa conversion au protestantisme.
Les documents notariés sont aussi une des sources principales pour l'histoire de l'art, plus particulièrement pour l'histoire de l'architecture. Les nombreux prix-faits et autres devis de construction passés devant notaire donnent en effet à voir le projet couché sur papier avant la création de l'Ĺ“uvre. Des notaires ont pu également retranscrire dans les registres des actes concernant les gens de mer. Il convient ainsi de citer les fonds des notaires de Martigues (378 E), d'Arles (401-405 E) ou des Saintes-Maries-de-la-Mer (389 E) qui renferment de nombreuses minutes consacrées à l'armement de pêche ou l'armement en course aux XVIIe et XVIIIe siècles. Dans les fonds des notaires marseillais (351-368 E), quelques familles d'armateurs peuvent y retrouver l'origine de leur fortune.
Outre les classiques minutes, les fonds notariés conservent de très nombreux documents ou  actes divers surprenants : comptes particuliers, règlements de corporation ou encore archives intéressant l'aménagement du paysage et l’histoire du département. On peut citer le fonds de l'étude Aumeran d'Aubagne (384 E) où l'on retrouve des actes relatifs à la transformation du quartier des Paluds et l'organisation des dessèchements entrepris sur l'initiative et avec le concours du baron d'Aubagne.
En Provence enfin, les notaires, ayant très souvent cumulé avec leur office celui de notaire-greffier d'une juridiction ou de secrétaire-greffier d'un conseil de ville, il n'est pas rare de trouver des actes relatifs aux délibérations des conseils communaux ou des fonds de juridictions.

Sommaire


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier