Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

Les tribunaux de première puis de grande instance

Sommaire

Présentation

Dernière mise à jour septembre 2012


 

Prenant la suite des sénéchaussées d'Ancien Régime puis des tribunaux criminels de district et des tribunaux civils départementaux de la période révolutionnaire, les tribunaux de première instance sont une création du Consulat (loi du 27 ventôse an VIII [18 mai 1800]). Ces juridictions de droit commun ont pour ressort l'arrondissement. Aussi furent-elles implantées dans les Bouches-du-Rhône à Aix, Marseille et Tarascon. Cette implantation a perduré, si l'on excepte la brève période de suppression du tribunal de Tarascon (1926-1929), et n'a pas été remise en cause en 1958 quand les tribunaux de première instance ont été remplacés par les tribunaux de grande instance.
Comme les cours d'appel, les tribunaux de première (puis de grande) instance juxtaposent deux hiérarchies juridictionnelles :

Les deux chefs de juridiction, le président et le procureur, sont chacun assistés par un greffier en chef, chef de greffe, responsable des archives juridictionnelles jusqu'à leur remise aux Archives départementales.
Le président organise les audiences des différentes chambres et assure l'administration générale du tribunal. Le procureur, outre l'exercice du ministère public, occupe des fonctions administratives (surveillance des auxiliaires de justice -avoués, avocats - et des officiers publics et ministériels - notaires, huissiers) ; pendant très longtemps, il a également été chargé de rédiger des rapports périodiques sur la situation politique et sociale, à l'intention du procureur général et du ministre de la justice.
Comme les cours d'appel, les tribunaux de première (puis de grande) instance interviennent en matière civile et pénale : l'ensemble des chambres (un président et deux assesseurs) qui statuent au civil forment le tribunal civil ; de même, l'ensemble des chambres qui statuent au pénal forment le tribunal correctionnel.

Au civil, les tribunaux jugent toutes les affaires intéressant les personnes et les biens qui ne sont pas de la compétence des autres juridictions (justices de paix puis tribunaux d'instance, tribunaux de commerce et conseils de prud'hommes) ; toutefois, ils ont longtemps servi de juridiction d'appel pour les décisions des juges de paix et des conseils de prud'hommes. Leurs compétences exclusives concernent principalement l'état des personnes (séparation de corps, divorce, filiation), la rectification des actes de l'état civil, l'adoption, l'absence, les régimes matrimoniaux, les successions, la protection de la vie privée, les contestations sur la nationalité, les saisies immobilières, les actions relatives aux droits de propriété littéraire et artistique, aux brevets d'invention, marques de fabrique et appellations d'origine, les actions en dissolution d'associations, le règlement judiciaire et la liquidation des biens des personnes morales de droit privé non commerçantes.
Au pénal, les tribunaux jugent toutes les affaires de délits, la répression des contraventions incombant aux tribunaux de simple police et celle des crimes aux cours d'assises. Du fait de la requalification de nombreux crimes en délits résultant des réformes successives du code pénal, la charge des tribunaux correctionnels n'a cessé de s'alourdir.
Toujours au pénal, c'est dans le cadre du tribunal de première (puis de grande) instance que le juge d'instruction conduit ses investigations sur certaines affaires délictuelles et sur toutes les affaires criminelles nées dans le ressort de l'arrondissement.

Les magistrats du siège rendent deux types de décisions :

Quant aux magistrats du parquet, ils prennent des réquisitions écrites et prononcent, à l'audience correctionnelle, des réquisitoires. Le procureur de la République use par ailleurs largement de la possibilité de classer sans suite les affaires dont la qualification pénale ne peut être affermie ou dont les responsables n'ont pu être identifiés.

A côté de ces données structurelles, il convient d'évoquer quelques innovations qui ont marqué l'histoire des tribunaux de première (puis de grande) instance, et notamment la création :

Sommaire


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier