Site du Conseil général des Bouches-du-Rhône (nouvelle fenêtre)

Page d'accueil des archives départementales des Bouches-du-Rhône

Archives départementales des Bouches-du-Rhône

L'Histoire continue…


Consulter la liste des raccourcis clavier
Voir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Voir le contenu de la page
Voir les liens utiles




Revoir le sommaire détaillé
Voir les liens utiles

La commission militaire

Sommaire

Présentation

Dernière mise à jour août 2012


 

Jugé trop modéré dans la répression des fédéralistes marseillais, le tribunal révolutionnaire fut suspendu et remplacé provisoirement par une commission militaire qui siégea pendant sept semaines. Cette commission dite de Brutus, en raison du surnom portée par son président (de son vrai nom Leroy), était composée de cinq juges dont un accusateur public. Toutefois, il suffisait de trois d'entre eux, sans accusateur public donc sans acte d'accusation et sans jurés, pour prononcer une sentence définitive. Aucun recours n'était possible. Installée en janvier 1794, la commission militaire tint dix audiences et jugea 219 personnes dont 123 furent condamnées à mort. Il put y avoir jusqu'à 43 condamnés en deux jours.
Cette justice expéditive avait créé au sein même de la Convention un courant défavorable ; aussi la commission militaire fut-elle dissoute au lendemain de sa dernière audience, tenue le 13 mars 1794.

Sommaire


Liens utiles

Plan du site  |  Agenda  |  Crédits  |  Plans d'accès  |  Aide  |  Mentions légales  |  Glossaire


Retourner au début de la page
Revoir le sommaire détaillé
Revoir les services en ligne
Utiliser le moteur de recherche
Revoir le contenu de la page
Revoir les liens utiles
Consulter la liste des raccourcis clavier